Il est grand temps de vous présentez cet outil extraordinaire qu’est le Mandala Holistique! et la version en ligne qui est déjà très prometteuse (voir en fin d’article).

Fruits de nombreuses expériences et remaniements, il m’a beaucoup séduit et servi.(il est très bien décrit dans l’excellent ouvrage « Faire ensemble » de Robina Mc Kurdy, Ed. Passerelle Éco).
Lors d’une formation à son utilisation, son autrice nous disait l’avoir testé (et approuvé) des dizaines de fois pour soutenir projets et communautés.
En voici la définition qu’elle offre dans la fiche-outil de son ouvrage :

Le mandala holistique est un outil d'aide à la construction d'une vision commune, qui valorise les différents modes d'expression, visuel, oral et kinesthésique. Il permet ainsi à des personnes aux modes de pensées différents de travailler ensemble et de se comprendre.
Fiche outil du livre « Faire ensemble »

Comme avec n’importe quel outil, c’est par l’expérience que l’on se l’approprie et qu’on l’adapte aux situations et demandes rencontrées. On peut l’utiliser pour (ré)aligner tout un collectif sur les rails qui sont les siens ou imaginer/dessiner tout un projet.

Quoi qu’il en soit, voici ce qu’il permet selon moi :

1) Construire une vision claire et large

D’un seul coup d’œil et sur un seul support, on retrouve toute la constellation des éléments et détails du projet.

2) Préciser les caps/directions précises pour tout un tas de thématiques.

Se projeter depuis des intentions affinées jusque dans des actions et mises en œuvre détaillées, explicites, osées!

3) Construire le « Nous »

  • Toutes les personnes présentes vont s’exprimer et être entendues.
    Mobiliser du temps pour le réaliser est un cadeau qu’on se fait et qu’on fait aux autres. Et cela participe à créer une cohésion plus grande ne le permet le quotidien, voire même des réunions de gouvernance, d’équipe ou autre.
  • Ce travail imprime en chaque personne la somme de toutes les contributions, car elles sont toutes visibles et organisées en un seul support.
    À première vue il est grand et complexe, mais cela importe peu car le cheminement ayant mené à sa réalisation laisse une trace indélébile et accessible en chacun·e. Un peu comme la persistance rétinienne après avoir croisé du regard le filament d’une ampoule allumée. Comme une mémoire « non-mentale », mais bien présente et disponible au besoin.
  • Parler d’une seule voix
    Arriver au bout de cet atelier est toujours très émouvant car on y lit, pour la première fois souvent, la personnalité, les choix et couleurs de ce « Nous ». C’est ici un point très délicat et d’une grande beauté ; presque un accouchement… où toutes et tous ont participé au travail (le tout sans douleur ;-).

4) Au final on synthétise tout

Les valeurs centrales résumées et retravaillées permettent de rédiger la Raison d’être du collectif, si chère à tout type d’organisation, surtout à gouvernance partagée, horizontale, anarchique…

Les thématiques, comme tant de facettes importantes de l’aventure, donnerons de très précieuses indications quant aux caps à suivre pour les mois à venir.

Exemple de synthèse, ici pour le « Pilotage » de l’École Montessori du Pays Rochois :
« Avoir une vision globale et collective afin d’anticiper et d’assurer les besoins fondamentaux de l’école (au sens large : équipe pédagogique, enfants, parents, CA, APE, …) pour que chacun y trouve sa place dans un soucis de démocratie, d’écoute, et de partage des responsabilités. »

Bien entendu cet outil n’est pas indispensable. Certains l’explorent d’ailleurs d’une toute autre manière.
Par exemple, lors d’un récent accompagnement, le collectif avait déjà fait tout ce travail, à sa manière, en amont de mon intervention. Nous avons donc pu explorer bien d’autres aspects.
Il est aussi parfois détourné pour d’autres astucieuses utilisations. Voir notamment le Design de Vie proposé par Benjamin Burnley.

À titre d’exemple…

Nous l’avons exploré à Pourgues juste avant nos premiers pas dans notre nouveau lieu de vie collective. Ce furent deux jours forts et cohésifs qui nous ont permis d’apprécier les intentions et rêves de chacun·e ainsi que ceux du collectif dans son ensemble. Nous avons ainsi obtenu un vision plus claire et surtout partagée de notre aventure à venir…

Grand Mandala – Pourgues J-5

Un an et demi plus tard nous réutilisions à nouveau cet outil, plus succinctement pour parfaire nos intentions dans seulement 3 thématiques, ce qui nous permis de réaliser un rétro-planning qui clarifia de manière spectaculaire ce que chaque membre voulait et se sentait de faire pour les mois à venir.

Mandala avec 3 thèmes
Rétro-planning né du mandala ci-dessus

Nouveauté ! le Mandala Holistique via internet

Aidé par les distances géographiques et les règles de confinement dues au Covid19, j’ai réalisé mes premiers Mandalas Holistiques en ligne.
De formidables outils de « tableau blanc » nous permettent aujourd’hui de réaliser cela à distance, avec aisance et sans compétence particulière.
Le mandala en devient fortement et facilement modulable, éditable et créatif. L’autonomie du groupe sur l’outil en est même renforcée.
Ainsi, de nombreuses tâches peuvent être réalisées hors-accompagnement, tout en me permettant régulièrement d’interagir pour affiner, recadrer et en enrichir l’exploitation.

Mandala en ligne.
#1 Premières explorations, puis
#2 le mandala validé, enrichi, ordonné et synthétisé
de manière autonome par les porteurs du projet.


Un grand merci à Imppao pour m’avoir aidé à réaliser le mandala en numérique.
Il en a produit un excellent tutoriel sur logiciel libre (Inkscape), publié sur une plateforme vidéo libre (PeerTube) et contre rétribution en Monnaie libre (la Ğ1) !
À voir sur Odysée! ou sur Youtube : https://youtu.be/Bg1GJBHcj0

Techniquement, je réalise le mandala sur mesure en fonction du groupe accompagné, les thématiques étant propres à chaque projet, grâce à ce tutoriel, sur Inkscape, et enfin je l’importe dans un outil « tableau blanc coopératif » comme il en existe maintenant plusieurs sur le marcher. Ici c’est avec ConceptBoard.
C’est alors, qu’en suivant le processus du mandala les participants peuvent le construire même à distance de moi et les uns des autres.
Bien sûr cela demande une certaine expertise, fruit d’essais/erreurs, de compétences en animation d’atelier, de décision par consentement, etc. et une grande confiance mise dans ce processus grandement éprouvé partout dans le monde depuis des décennies.
C’est là que je vous propose d’accompagner vos démarches.

Si vous faites partie du groupe et vous sentez la compétence de l’animation, vous pouvez essayer, mais ce peu ce peut être pénalisant pour vous de ne pas vivre comme les autres le processus libéré·e des responsabilités de facilitateur·trice.

Les explorations et formats sont nombreux et variés.
Et ce qu’ils permettent est très riche!

À la suite d’un mandala, tout devient à la fois plus clair, plus dense et plus complexe. Mais d’une complexité qui nous ramène à une juste considération des choses : ce genre d’aventure collective est immensément riche !
Ainsi, un collectif ou un individu va par exemple : préciser sa communication, choisir ses statuts juridiques, la taille et les caractéristiques nécessaires au terrain recherché, les divers rôles indispensables à son fonctionnement, les démarches à lancer comme celles à remettre à plus tard, donner de l’élan et du poids au démarches entreprises, souder les individus autour d’un projet clair, etc.

Je l’utilise donc beaucoup pour accompagner groupes et individus.

Si l’aventure vous tente, vous savez où cliquer !

4 Réponses

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.